Cup cakes colorés à la pâte à sucre

cup cake

C'est la folie en France depuis quelques temps, de ces gâteaux pleins de couleurs, pleins de peps qui mettent de bonne humeur. Je me suis amusée, moi aussi, à colorer mes cup cakes avec de la pâte à sucre et... verdict... c'est un jeu d'enfants !! je me suis bien amusée et le résultat est plutôt pas mal. Cela est un essai pour un projet beaucoup plus gros que je ne manquerais pas de partager avec vous !


 

histoire un zeste d'histoire ! 

Le sucre est un aliment courant de notre alimentation aujourd'hui. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Entre le 16ème siècle et aujourd'hui, de nombreux personnages et évènements ont marqué l'histoire du sucre pour le rendre présent dans nos recettes. Retour sur les dates-clés de l'histoire du sucre de betterave.

Les précurseurs du sucre de betterave

Olivier de Serres
A la fin du 16ème siècle,  il observe que la betterave  possède un jus qui, en cuisant  ressemble au sirop de sucre issu de la canne. Mais elle demeure une curiosité botanique et  n’entre dans aucun assolement, ni pour le bétail, ni pour l’alimentation humaine.

Andréas Sigismund Marggraf
En 1747, en Allemagne, il parvient pour la première fois à cristalliser du sucre de betterave, mais il s’agit d’une simple expérience de laboratoire.

François Charles Achard
Il a  consacré sa vie scientifique à appliquer industriellement la découverte de Marggraf.
En 1799, il produit des pains de sucre, comparables à ceux issus de la canne et en 1801, il crée la première fabrique de sucre de betterave du monde, en Silésie.
 

Le sucre  au début du XIXème siècle

Parallèlement à ce que fait Achard,  une véritable "saccharomanie" s’empare de tout ce que l’Europe compte de chimistes, de pharmaciens et d’agronomes. Tous essayent d’extraire du sucre à partir de la betterave.

Au cours de la première décennie du XIXème siècle, les deux premières fabriques métropolitaines sont établies en région parisienne à Chelles et à Saint-Ouen. D’autres fabriques sont créées dans la Somme, dans l’Aisne et le Pas de Calais. La naissance de la sucrerie de betterave est donc l’aboutissement  d’un long processus de maturation scientifique et intellectuelle, concrétisant une idée qui était "dans l’air" depuis plusieurs années.

Avec le blocus continental instauré en 1806, une guerre économique s’installe et ferme l’Europe au  commerce anglais. Le remplacement des produits coloniaux comme le sucre de canne devient indispensable.

En 1811,  Le Ministre Montalivet  présente à Napoléon 1er des pains de sucre, fabriqués par le chimiste et pharmacien de l’Empereur, Deyeux.

Napoléon 1er, voulant  favoriser le développement de cette production et avec l’influence décisive du chimiste Chaptal, signe le 25 mars 1811 un décret ordonnant la mise en culture de 32 000 hectares de betterave.
 

Ce jour-là : le 2 janvier 1812

Dans sa  raffinerie de sucre de canne de Passy,  Benjamin Delessert, jeune botaniste  et industriel français,  essayait depuis plusieurs années de fabriquer industriellement du sucre de betterave avec l’aide de l’un de ses ouvriers,  J-B. Quéruel. Leurs  efforts sont enfin récompensés dans les derniers jours de 1811 et le 2 janvier 1812, il en informe Chaptal. Ce dernier avertit aussitôt l’Empereur et Napoléon, ravi, s’écria "il faut aller voir cela, partons".

Après avoir constaté par lui-même  les résultats obtenus, Napoléon 1er s’approcha de Benjamin Delessert  et dans un élan d’enthousiasme et de reconnaissance, il détacha la croix de la Légion d’Honneur, qu’il portait sur la poitrine et la lui remit.
 

L’Empereur  avait raison : la science venait de créer une nouvelle richesse

Pour montrer l’intérêt qu’il accordait à  cette découverte, il fit donner une semaine de paye, en gratification aux ouvriers !

Même si des initiatives nombreuses avaient vu le jour depuis plus d’une décennie, le geste de Napoléon 1er,  ce 2 janvier 1812, constitue le symbole de ce mouvement d’ensemble.

Le 6 janvier 1812, Chaptal fait un rapport à l’Empereur sur la fabrication du sucre de betterave. Pensant détenir avec la  sucrerie métropolitaine une carte maîtresse  dans sa lutte économique contre l’Angleterre, ce-dernier signe, le 15 janvier 1812, un nouveau décret, qui ordonne cette fois la mise en culture de 100 000 hectares de betteraves, prévoit  la création de 5 écoles de sucrerie et accorde 500 licences pour établir de nouvelles fabriques.

Quelques années plus tard, Benjamin Delessert revendra sa fabrique de sucre à la famille Say afin de se consacrer à son autre activité industrielle, la filature de coton.

Voici comment  est né, en ce 2 janvier 1812, le sucre de betterave. 200 ans plus tard, la France est devenue le premier producteur mondial de sucre de betterave.

 

(source: lesucre.com)


 

Ingrédients :

Cup cakes nature :

- 125 g de beurre ramolli

- 1/2 cuillère à café de vanille

- 165 g de sucre en poudre

- 3 oeufs

- 300 g de farine

- 1 sachet de levure chimique

- 60 ml de lait

décor :

- pâte à sucre coloré

 

Préparation :

Préchauffez votre four à 180°C

Fouettez le beurre et le sucre jusqu'à obtenir une pâte lisse. Ajoutez les oeufs, la farine, la levure et le lait.

Fouettez le tout jusqu'à ce que le mélange soit bien homogène.

Remplissez vos moules à cup cake aux 2/3.

Enfournez 20 à 25 minutes.

Laissez les reposer 5 minutes à la sortie du four avant de les mettre sur une grille.

Faites marcher votre imagination pour la décoration.

 

Pensez à bien emballer votre pâte à sucre pour sa conservation.

 

A déguster avec un zeste d'enfantillage !

cup cake 3

 

 

 

cup cake 4